<%letter%>
-------------------------------
Mon aventure à Ivujivik, Québec, où j'enseigne à 17 Inuit de 12 à 16 ans. Vous pouvez consulter les archives qui contiennent tous mes textes depuis le début en 2009.
-------------------------------
:
Accueil
Archives

Formation à Puvirnituq

Publié à 19:17, le mercredi 23 octobre 2013, Puvirnituq
Mots clefs :

Et oui, j'ai une connexion internet à Puvirnituq! J'ai dû travailler pour cependant! Je loge chez Cogne, un Sénégalais enseignant ici au nord pour sa première année. Il a internet mais pas de routeur sans fil, j'ai donc dû trouver à qui appartenait le réseau qui était disponible. Après avoir dérangé le poste de police et le bloc d'à côté, c'est chez la voisine que j'ai pu trouver ce fameux routeur. Elle a été très gentille et m'a gentiment donné son mot de passe. De tous les enseignants, nous sommes seulement quelques-uns avec un accès à Internet. Nous nous considérons chanceux!

 

 

Une élève a eu la bonne idée d'apporter les oeufs et le bacon pour tous pour un bon petit déjeuner dans la classe!

 

Nous avons maintenant des pancartes à Ivujivik!!!

 

Un match amicale entre les élèves de 5e-6e année en français et en anglais.

 

Avant de critiquer nos 3 premières journées à Puvirnituq, je vous partage ces quelques photos du spectacle donné par quelques élèves à l'aide des animateurs de Cirqiniq. Pour ceux qui se souviennent, l'an passé, on avait noté une baisse de l'engouement des jeunes pour le cirque. Cette année, il y a une relève! Rachel était de retour après une année d'absence et les jeunes ont eu la chance de voir Moyo pour la première fois à Ivujivik. Il a apporté un nouveau souffle avec de nouvelles idées et les jeunes ont bien répondus. Ils ont passé 3 semaines à travailler avec les jeunes mais aussi avec les adolescents plus vieux pour tenter d'en faire des instructeurs juniors. Le spectacle, sous le terme du « cocon », a incorporé les chants de gorges et beaucoup d'allusions à la culture Inuit. Une belle façon de clore les 3 semaines de travail avec les jeunes.

 

 

 

 

 

 

 

 
 

Un triste événement a eu lieu vendredi soir. J'étais chez moi tranquille à écouter un épisode de la série American Horror Story quand j'ai entendu le camion d'eau arriver en trombe en klaxonnant suivi par les policiers. Le camion s'est rempli d'eau à l'usine de traitement qui est tout juste à côté de chez moi. Je voyais bien qu'il y avait quelque chose qui n'allait pas et j'ai été faire mon curieux. Une maison était en feu. Le village en entier était rassemblé autour de la maison. Heureusement, personne n'a été blessé mais c'est une maison de moins pour les Ivujivimiut. Plusieurs rumeurs ont suivi, parlant d'un geste criminel, causé par un ou des jeunes sous l'effet de l'alcool ou de la drogue. Un message d'un citoyen a été publié sur facebook appelant la communauté à prendre ses responsabilités face à ces nombreux problèmes. En espérant que ça ne prenne pas d'autres événements malheureux pour qu'un vent de changement souffle sur la communauté.

 

 

 

Me voilà finalement à ma partie critique face aux formations que nous avons ici à Puvirnituq! Mais non, je vais vous épargner les détails! Chose certaine, la commission scolaire essaie de nous fournir de bonnes formations. Cependant, certains choix sont à revoir. Il est toujours intéressant de parler avec nos collègues des autres villages. Il faudrait cependant que du temps y soit consacré pour qu'on puisse échanger. Une formation copie conforme à nos 4 années d'université n'est pas la meilleure chose en soit... Certains ont manifesté leur mécontentement en espérant que les dirigeants de la commission scolaire prennent les bonnes mesures pour nous offrir des formations adaptées à nos réalités. La gestion de classe en est un bon exemple avec tous les problèmes d'absences et de motivations que nous vivons dans les 14 communautés. Disons seulement que beaucoup d'enseignants ont l'impression que la commission scolaire n'en tient pas compte. Il ne reste qu'une seule journée de formation demain. Nous espérons y trouver de bons outils pour ne pas retourner les mains vides.

 

 

 

Le maire de Puvirnituq suivi par la directrice générale de la C.S. Kativik

 

J'ai bien hâte d'être de retour chez moi. Hormis la formation, il ne faut pas oublier que je suis hébergé chez un enseignant ici. C'est sa première année et je dirais que c'est un homme habitué à sa femme. Son appartement est vide! Une poêle et un petit chaudron font le tour de ce qu'il a comme batterie de cuisine! Il est très gentil cependant et nous a fait manger des repas typiquement Sénégalais. Mais vous auriez dû me voir faire le pâté chinois hier soir... Je suis allé cogner chez la voisine d'en haut je ne sais combien de fois! Une grande poêle, une cuillère de bois, un pilon à patate, du ketchup, des mitaines de four, et j'en passe! Ce fût délicieux mais je m'ennuie de cuisiner chez moi avec toutes mes choses! Encore deux jours! La bonne chose avec Puvirnituq? Ça change le mal de place! On sera tous très heureux d'être de retour à la maison vendredi!

 

Astérix, le chien d'un collègue ici portant frèrement son chandail du Canadiens!

 

À la semaine prochaine!

 

Louis





<- Page précédente | Page suivante ->